Comment le son arrive-t-il à nos oreilles?

Le système auditif humain est composé de 3 parties : l’oreille externe, l’oreille moyenne, et l’oreille interne.

 

audition

 

Le fonctionnement en détail

 

Les ondes sonores sont captées par le pavillon de l’oreille externe. Elles sont ensuite amplifiées et transmises à l’oreille moyenne par le conduit auditif externe. Ce mouvement du son fait vibrer le tympan. Le tympan est une petite membrane circulaire flexible qui commence à vibrer quand les ondes sonores l’atteignent. Ces vibrations sont transmises aux osselets situés dans l’oreille moyenne.

 

Les osselets sont les plus petits os du corps humain. Ils sont composés du marteau, qui transmet ses vibrations à l’enclume, puis à l’étrier. Ce dernier joue le rôle d’un piston qui vient comprimer le liquide de l’oreille interne. 

 

Cet ensemble est connu sous le nom de chaîne ossiculaire et relie le tympan à l’entrée de l’oreille interne.

 

La cochlée, qui ressemble à une coquille d’escargot, est l’organe principal de la perception auditive. Elle renferme entre 15 et 20 000 cellules ciliées qui détectent les vibrations du liquide et génère l’influx nerveux qui est acheminé vers le cerveau par le nerf auditif.

 

La perte d’audition

 

Mais ce système est fragile et peut subir des défaillances. On parle de la perte d’audition dont les deux plus communs sont la perte de conduction et la perte neurosensorielle.

 

La perte de conduction

 

La perte de conduction peut être dû à un corps étranger qui obstrue le conduit auditif. Par exemple, un bouchon de cire peut entraîner une perforation du tympan, qui génère un mauvais fonctionnement des osselets, pouvant mener à une infection dans l’oreille moyenne. Ce type de perte peut souvent être réglé par une intervention médicale et ne représente que 10% des cas de perte auditive.

 

La perte neurosensorielle

 

Deuxième type de perte, la perte neurosensorielle, qui représente 90% des cas, est le résultat de la destruction des cellules ciliées de la cochlée. Elle est souvent due au vieillissement, mais peut être de source génétique. Ou alors, la conséquence d’une exposition répétée à des sons très forts.

 

Ce type de perte est irréversible, mais peut souvent être compensé par des aides auditives.