Les écouteurs Bluetooth sont-ils dangereux pour la santé ?

Nous sommes nombreux aujourd’hui à utiliser quotidiennement nos écouteurs sans fil. Néanmoins il est intéressant de se pencher sur la question de leur impact sur notre santé. Les ondes Bluetooth sont-elles dangereuses pour notre cerveau ? Quelles sont les répercussions sur notre audition ?

 

Les ondes Bluetooth

 

bluetooth

 

Est-ce dangereux pour notre santé de s’exposer à ces radiations Bluetooth ? 

 

De nombreux scientifiques se sont penchés sur le sujet, et ils se veulent rassurants. 2 certitudes ont déjà été établies :

 

  • Les études sur le WIFI n’ont à présent montré aucune dangerosité
  • La technologie Bluetooth est similaire à celle du WIFI, mais en moins puissante

 

Ainsi, l’émission des ondes est moins forte avec le Bluetooth, donc les potentiels effets qu’il pourrait y avoir sur le cerveau, sont fortement réduits. Le Fédération Française des Télécoms affirme que le Bluetooth divise par 100 l’exposition aux ondes.

 

Une étude scientifique a d'ailleurs été menée sur le Bluetooth et l’atteinte de l’audition. Il s’agissait d’exposer un groupe de personnes au Bluetooth avec des casques, en comparaison à un autre groupe non exposé au Bluetooth. Des examens de l’audition avaient été effectués en amont et en aval de l’étude sur chaque personne. Pour finalement démontrer qu’il n’y avait pas de différence significative entre les deux groupes sur l’audition.

 

Il n’existe pas de preuves scientifiques d’atteinte de l’audition par les ondes Bluetooth. Il s’agit d’ailleurs d’une technologie qui est maintenant utilisée pour synchroniser les smartphones directement sur les prothèses auditives, pour donc aider l’audition.

 

L’impact sur l’audition

 

écouteurs bluetooth

 

Il existe un vrai risque de détérioration auditive si le volume est mis au maximum pendant trop longtemps. Ces détériorations peuvent apparaître sous la forme de : sifflements, bourdonnements plus communément appelés acouphènes, perte partielle de la perception auditive. La gravité des lésions varie d’un individu à l’autre, en fonction des antécédents médicaux, de l’état de fatigue et de la façon d’utiliser le casque ou les écouteurs. 

 

Plus le volume est élevé, l’écoute est fréquente et prolongée, alors plus la personne s’expose à des dommages sérieux et définitifs. 

 

La distance par rapport à la source sonore, la répartition entre grave médium et aigus, le format d’enregistrement, et la qualité des écouteurs jouent aussi un rôle.

 

Comme chaque individu réagit différemment, il est très difficile d’établir un tableau entre volume, durée de l’écoute, et types de sonorités. 

 

Néanmoins, les chercheurs s’accordent à dire que plus le volume sonore est élevé, plus la durée d’exposition doit être brève.

 

Ainsi, l’OMS, l’organisation mondiale de la santé, déconseille d’utiliser un casque plus d’une heure par jour à 85 décibels, soit le niveau sonore d’un cri. 

 

Aujourd’hui, tous les appareils de type casques et écouteurs vendus sur le marché français ne peuvent excéder une puissance sonore de 100 décibels, ce qui correspond au bruit généré par un marteau piqueur.